Corruption en Asie du sud-est

Arrivant au terme de notre parenthèse moto… nous sommes retourné au Laos afin de découvrir le sud, d’y trouver le soleil et de pouvoir récupérer nos vélos. Ses 2 derniers mois ont été difficile, et nous étions loin d’imaginer que notre retour au Laos conservera la même dynamique. Un sac perdu sur la route, des problèmes mécaniques tenace, un vol d’argent ( 15 euro ) et une altercation avec la police, élèverons le niveau de malchance à son maximum !

DSC_9551

C’est sur se dernier point que nous souhaiterions parler aujourd’hui… Depuis le début de notre aventure les altercations avec la police ont été quasiment inexistantes. Le vélo a se pouvoir de vous faire passer n’importe quelle contrôle routier sans problème. En revanche à Tha khek, dernière ville de notre voyage à moto où nous voulions finir par cette fameuse boucle que les soucis commence… Au début nous rencontrons guillaume et Marie, deux français recherchant chacun une moto. Un prix est fixé et nous nous engageons à faire une dernière vérification mécanique le lendemain matin avant de leurs céder.

C’est donc dans un élan enthousiaste à l’idée de vendre et de finir ce périple à moto que nous nous dirigeons vers un garage. Et comme vous vous en doutez, c’est, justement, à ce moment là que nous sommes contrôlés par la police laotienne.

Permis, carte bleu et passeport sont demandés, Nous avons l’ensemble des documents et sommes confiant face au bon déroulement avenir de la situation. Malheureusement c’est mal connaître se type de police qui, après plusieurs vérifications réussi à trouver une date incorrecte sur un vieux papier d’assurance.

Ouïe ! La négation commence, Un dialogue de sourd s’installe entre les 2 camps, et, au bout d’un moment, une demande d’argent nous est demandé subtilement… Il n’y a pas fallu plus, pour nous voir réfractaire à cette corruption douteuse.

A la suite de notre refus, ils nous présentent un papier écrit en laotien que nous refusons également de signer, bien naturellement, ce qui au final nous fera gagner un allé simple au poste de police de Tha khek. Motos immobilisés, une longue attente, des policier douteux, nous voilà bien occupé pour cette journée qui devait déjà être très occupé !

En début d’après midi, nous avons plus d’explication, le traducteur nous expliquera l’illégalité de notre situation et nous informera l’immobilisation des 2 motos. Évidement ils comprirent très vite que nous avons besoin de l’argent des motos pour rentrée en France. C’est donc très naturellement que ses messieurs nous rédigent un papier manuscrits nous permettant de pouvoir rouler au Laos accompagné bien évidement d’une amande de 5 euro par personne. Au total l’opération aura durée 6 heures… Pas cool mais nous finissons tout de même avec le sourire !

L’histoire se finis bien, nous avons pu récupérer les vélos, partir au garage et réussir à les vendre dans la foulé. Mais tout ça pour dire qu’en Asie du sud-est la corruption est très présente, c’est quelque chose qui nous réjouie peu et qui nous met en colère face à des situation comme celle là. Ceci dit, il ne faut pas être non plus hypocrite et ne pas oublier que c’est grâce à se laxisme des autorités locales que nous pouvons voyager à moto assez facilement. Traverser les frontières est un jeu d’enfant mais nous avons appris à nos dépend qu’il est fortement conseillé de jouer le jeu face à ce genre de corruption.

Le business des motos en Asie du sud-est, représente une économie important dans le tourisme, c’est donc dans une illégalité la plus total que 90 % des voyageurs à moto parcourt ses pays.

Retour à l’enfance, une journée formidable avec la jeunesse laotienne

Le lundi 19 février fût une journée très spéciale pour nous… Environ 2 ans après la décision de ce projet plutôt ambitieux, nous savons pu enfin vivre et accomplir cette étape importante dans notre projet, celui de rencontrer et de partager un moment avec les enfants des écoles laotiennes !

Préalablement, en arrivant en Asie du sud-est, nous avons recontacté l’association « Enfants d’Asie » pour préciser la date de notre venu au Laos ainsi que quelques autres détails. L’association, que nous avons contacté au tout début de notre projet, à plusieurs pôle en Asie du sud-est et notamment au Laos où son rôle est d’aider les enfants les plus défavorisés à avoir une éducation de qualité tout au long de leur apprentissage.

Enfant_asie_logo

En arrivant à Vientiane, nous avons rencontré Jade, coordinatrice en charge du secteur laotien, avec qui nous avons fait connaissance et ensuite organiser la rencontre avec les enfants.

C’est au final le 19 février que la rencontre se fait. Mais Jade ne peut venir nous accompagner ce jour-là, elle part 1 jour avant pour un projet communautaire dans un village reculé au nord du pays. C’est donc une jeune laotienne, Vongthong, qui nous accompagna avec une autre amie. Elle a était une ancienne jeune « Enfants d’Asie » qui maintenant travail dans l’association et parallèle apprend le français, ce qui a permis d’avoir une traductrice faisant le lien entre nous et les enfants.

DSC_9554

Nous partons à 8h30 ce matin là pour rencontrer la 1ère école, Tatthong, au nord de Vientiane. Après une demi heure de route, nous arrivons à l’école et nous découvrons un grand terrain de foot en terre battu et un petit bâtiment avec un seul étage où 5 ou 6 classes se succèdent. Nous sommes accueillis par la directrice qui nous emmène dans une classe où l’accueil est des plus chaleureux, à notre arrivé dans la classe, avec un grand « Sabaidee !!(Bonjour en laotien) » général qui nous touche droit au cœur.

DSC_9654

Le début de la rencontre est un peu compliqué, nous ne savons pas vraiment par quoi commencer… mais après quelques hésitations, nous décidons d’aller au plus simple, de tout déballer et d’élargir la zone de jeu car une trentaine de « petits diables » s’entassent autour de nous, impatient de découvrir les jouets. La suite devient juste un échange très simple et innocent autour des jouets et du jeu entre les enfants et nous. A ce moment là, nous trouvons avec eux un vrai partage de joie et de rigolade. Ils se sont mis aussi à cœur joie de dessiner sur notre drapeau qui est devenu, on peut le dire, une œuvre d’art !

Mais voilà toute les bonnes choses ont une fin et nous devons repartir direction la deuxième école qui elle est au sud de Vientiane au nous avons rendez-vous en début d’après midi. Entre temps, Vongthong nous invite chez elle, dans sa famille, pour manger ensemble. Nous sommes gâté d’un excellent repas façon laotien composé de poisson, de riz, d’abats, de salade de papaye verte et d’escargots (hé oui, nous avons mangé des escargots au Laos!). Le repas permet de faire plus ample connaissance avec Vongthong, nous découvrons se personnage très amusant et son histoire.

DSC_9656

Mais l’heure arrive à son terme et nous repartons à la deuxième école de, Ban Khan. Nous sommes de même très bien accueillis par la classe. En revanche, ici, les hostilités sont beaucoup plus rapide… après une courte présentation et après le feu vert, les enfants se ruent sur les jouets. Ça devient un vrai cirque au milieu de la coure, sifflement à tous va, boule de jeu de quille qui vole… bref l’excitation général est au rendez-vous !

Nous finissons cette journée exténués mais rempli de bonheur grâce à cette joie de vivre que nous ont transmis tous ses enfants !

Nous remercions l’association « Enfants d’Asie » de nous avoir fait confiance pour avoir amené ce projet ensemble. Merci aussi à Jade et à Vongthong de leurs complicités ainsi bien sûr aux écoles laotiennes et à tous les enfants !

Bilan conssomation

Vélo : (par personne)

  • Vélo et ses composants utilisés

-1 Cadre

-2 Cassettes

-3 Pneus

-10 Frein à patin

-1 Selles OFFERT par LES CYCLONAUTES

-2 Supports bagages

-1 Remorques COLLABORATION avec L’ÉTINCELLE MÉTALLERIE

  • Accessoires utilisés

-5 Bidons RÉDUCTION par L’ECHAPPEE MOIRANTINE

-2 Compteurs kilométriques RÉDUCTION par L’ECHAPPEE MOIRANTINE

-1 Plug

-5 Sacoches OFFERT par LES CYCLONAUTES

Camping :

  • Couchage utilisé

-1 Tente

-1 Tarpe

-2 Matelas autogonflant

-2 Sacs de couchage

-2 Hamac REDUCTION par INTREPIDES

  • Cuisine/popote

-1 Réchaud multifuel REDUCTION par INTREPIDES

-1 Filtre à eau REDUCTION par INTREPIDES

-2 Set de popotes

Accessoires

-1 Banque de recharge

-1 Rechargeur solaire

-2 Serviette en fibre

Vêtements techniques: pour 2 pers

-2 Vestes

-2 Polaires

-2 Shorts

-6 Sous vêtements thermiques

-2 Chemises

-2 Ponchos

-2 Sandales de randonné

-2 Chaussures basse de randonné

Audio/visuel : pour 2 pers

-1 Appareil photo Reflex OFFERT par L’AUBERGE JURASSIENNE

-1 Caméra

-2 Ordinateur portable

-8 cartes SD OFFERT par phox Oyonnax

-1 trépied

-2 batrie reflex, 2 batrie go pro

-cables

REMERCIEMENT

Nous tenons à remercier, encore, une fois tout nos partenaires qui ont crus en notre projet et qui nous ont aidé, chacun à leurs manière, pour concrétiser cette belle aventure.

Un très GRAND MERCI A TOUT NOS PARTENAIRE !!!

Intrépide; Les cyclonautes; L’étincelle métallerie; L’échappée moirantine; L’auberge jurassienne ; Le bar chez fred ; La grange marleille; La communauté de communes Jura Sud; Les écoles primaires de Moirans et des Crozets ; Les galopins de Calcutta ; Enfants d’Asie; Charliluce ; Foulon création ; Les joujoux de nilou ; Romain Sassard ; Tirelire Duraffourg ; Vilac.

Bilan matériel

Voici enfin notre compte rendu du matériel que nous avons utilisé durant notre voyage à vélo. Nous exposons nos coups de cœur, nos déceptions… Bref le matériel qui nous a résisté et celui qui à lâché !

Vélo : (par personne)

Vélo et ses composants

Cadre VSF Fahrradmanufaktur TX-400     index

Coup de Cœur

Points positifs : Robustesse et absorption des vibrations.

Points négatifs : Son poids de 16,5 kg qui le rend dans les montagnes lourd.

Cassettes Shimano ( transmission XT)   Coup de Cœur                    Shimano-Ultegra-6800-11-Speed-Cassette

Points positifs : Système très fiable, 10 vitesses par plateau ( 30 vitesses au total), facile à trouver partout dans le monde et bon rapport qualité/prix.

Points négatifs : Rien à signaler.

indexjPneus Schwalbe marathon mondial Coup de Cœur

Points positifs : Résistant sur route et chemin propre et durable sur longue distance

Points négatifs : Peu résistant sur route avec des débris ( métal, gros bris de verre, grande épines)

FreinHydrauliqueAPatinsHydrolicPadsBrakeMaguraHs11MonocycleicloUnicycleVelo_1

Frein à patin hydraulique Magura

Points positifs : Très bon freinage, facile de changement des patins (système de clips)

Points négatifs : Réglage difficile qui nécessite des personnes qualifiés, impossible de trouver des pièces en dehors de l’Europe.

indexd

Selles en cuir Brooks Coup de Cœur

Points positifs : excellente selle se moulant parfaitement aux fesses et évitant les irritations.

Points négatifs : Réglage de la tension du cuir peu pratique et coût d’achat onéreux.

indexgyug

Supports bagages avant/arrière Tubus

Points positifs : Robuste et pratique

Points négatifs : rien à signaler

  •                                                                                                                                                                                                                                                     Accessoires

indexz

Bidons en plastique.

Points positifs : léger, pratique et peu chère

Points négatifs : moisissure avec le temps

indexjj

Compteurs kilométriques

Points positifs : très simple d’utilisation, précision des kilomètres parcourus, compteur à fil

Points négatifs : le sans fil n’est pas 100 % fiable

indexzef

Plug lll Chargeur US Coup de Cœur

Points positifs : Très pratique pour recharger ses appareils électroniques tout en roulant

Points négatifs : pas de protection pour la pluie/poussière à l’entrée du port USB.

  • ortlieb-bike-packer-plus-sacoches-arrieres-2015

  • Sacoches Ortlieb ( arrière 2x40L;avant 2x25L;guidon 7L) Coup de Cœur

Points positifs : Robuste, légère et très imperméable.

Points négatifs : L’excès de poids et les vibrations font casser les attaches en plastique dans la durée.

  • caafe1_a32a86ccec594cd699b508ab9b6fa982mv2_d_1800_1200_002

    Remorques 2 roue « L’étincelle métallerie »

Points positifs : Stable, spacieuse, attache intelligente sur la tige de selle

Points négatifs : Lourde, encombrante et dépourvue de suspension

  • ijb

kit de réparation

Camping :

Couchage

indexcd

Tente 2 place Ferrino Manaslu 2

Points positifs : Résistante à toute les conditions météorologiques, tente 4 saisons.

Points négatifs : Peu spacieuse pour ajouter du matériel à l’intérieur, toit de la chambre trop bas, un peu lourde.

   

Tarpe Coup de Cœur

Points positifs : Rapide et facile à monter, 450G-20D-Double-Sided-Silicon-Tarpe-Ultralight-Sun-Shelter-Beach-Tent-Pergola-Awning-Canopy-Taffeta-Tarpultra-léger. Parfait pour les bivouacs estivales

Points négatifs : Aucune protection contre les insectes et faible protection contre le froid

kk

Matelas autogonflant

Points positifs : Compacte, léger et confortable

Points négatifs : Facilité de crevaison sur des terrains épineux ou avec des débris, difficile à trouver en dehors des grandes villes.

Sacs de couchage Pyrenex -10 ° et Deuter -6 °

Points positifs : Pyrenex (plume): léger, coindexsmpacte et très bonne résistance au froid

Deuter (synthétique): solide et bonne résistance au froid

Points négatifs : Pyrenex (plume): très fragile, nettoyage à l’eau très difficile

Deuter (synthétique): Encombrant et un peu lourd

k,k,

Hamac avec moustiquaire

Points positifs : Léger, moustiquaire intégré, parfait pour des lieux chaud et des pentes inclinés

Points négatifs : il faux des arbre ….

Cuisine/popote

dd

Réchaud multifuel Optimus       Coup de Cœur

Points positifs : Très pratique pour les voyages à long terme, utilisation avec essence ou gaz, compacte.

Points négatifs : Coût onéreux, entretien régulier

indexjbnjFiltre à eau Katadyn

Points positifs : Très simple d’utilisation, apport d’eau propre partout où on peut en trouver, parfait dans des régions désertiques et pour des grandes excursions

Points négatifs : Au pompage, le débit à la minute est trop lent

fSet de popotes Primus       Coup de Cœur

Points positifs : Léger, difficile à casser, peu coûteux

Points négatifs : Rien à signale

                                                                                                                                                                                                                                          Accessoires

indexjjjBanque de recharge X-moove Waterproof

Points positifs : Très bonne recharge d’appareil relativement peu gourmand en énergie, résistant à l’eau et aux chocs. (Ce fût très bien pour nous qui n’avions pas de smartphone, par exemple)

Points négatifs : Peu suffisant pour une longue durée d’utilisation en continu (plus de 2 semaines)

indexddzRechargeur solaire

Points positifs : Deux port USB pour recharger deux appareils en même temps, se déplie en trois panneaux/volet pour un rangement efficace.

Points négatifs : Très long chargement pour des appareils gourmands en énergie

indexkkServiette en fibre Décathlon

Points positifs : Très compact et sèche rapidement.

Points négatifs : aucun

Vêtements techniques:

indexa

Vestes The North Face et Millet Coup de Cœur

Points positifs : Résistante, coupe très bien le vent, sèche très vite, polaire intégré et détachable

Points négatifs : Prix d’achat assez élevé

indexjljbPolaire Millet

Points positifs : Excellent apport de chaleur, résistante, besoin de peu d’entretien

Points négatifs : Prix d’achat assez élevé

indexjqxPantalon de trekking   Coup de Cœur

Points positifs : Résistant, séchage rapide, besoin de peu d’entretien

Points négatifs : RAS

indexcsShort de trekking Eider

Points positifs : Résistant, séchage rapide, besoin de peu d’entretien

Points négatifs :

indexnlnSous vêtements thermiques (maillot de corps, collant, chaussettes) Coup de Cœur

Points positifs : Résistant au froid, respirant, sèche rapidement, besoin de peu d’entretien

Points négatifs : Prix d’achat un peu élevé

chemise-manches-longues-anti-moustiques-acapulco-2Chemise

Points positifs : Léger, respirant, ouverture central. Parfait pour les grosses chaleurs

Points négatifs : A long terme usure du tissu

indexzddPoncho Apenaz 40 L Quechua

Points positifs : Complètement résistant à l’eau, protection de bagages, grand volume, très compacte

Points négatifs : prend de la place pour peux d’utilisation

sSandales de randonné

Points positifs : Respirant, très bon maintien du pieds. Parfait pour la saison estivale

Points négatifs : Peux convenalble pour l’himalaya

dzChaussures basse de randonné

Points positifs : Résistant, bon maintien du pieds, confortable, respirant

Points négatifs : Peux convenable pour la plage

Audio/visuel :

indexzaz

Appareil photo Reflex Nikon D 3300 Coup de Cœur

Points positifs : Compact pour un reflex, bonne qualité de photos, nombreux réglages et possibilité de retouches photos, possibilité de changement d’objectif (nous en n’avons qu’un seul), très bonne batterie durable

Points négatifs : Fragilité de l’objectif, pas tropicalisé.

bhCaméra GoPro 5        Coup de Cœur  

Points positifs : Très compact, boîtier étanche intégré à la caméra, haute résolution vidéo et photo, possibilité de réglage différent, menu tactile et facile à prendre en main, multiple accessoires d’attaches.

Points négatifs : Quelques bugs, durée de la batterie moyenne, coût élevé

41A1FYM+mDL._SL500_AC_SS350_

Ordinateur portable

Points positifs : Utilisation du site internet, Facebook, traitement de texte, utilisation de logiciel, stockage de donné diverse, communication par vidéo-conférence et mail.

Points négatifs : Pas assez puissant pour certains logiciel lourd, fragile en cas d’intempérie et un peu lourd et encombrant.

Un hiver au Vietnam…

Notre visa laotien arrive à son terme, et se sont les portes du Vietnam qui s’ouvre à nous…

Après les montagnes du nord du Laos, on s’est attaqué au 2500 km de montagne du Vietnam, non sans un espoir d’y trouver une météo plus clémente. Malheureusement, Mère nature en a décidé autrement… Les prévisions étaient catastrophiques et nous ignorions, en ses premiers jours, que nous passerions 1 mois très compliqué. Les jours s’enchaînèrent et au fur-à-mesure le plaisir s’estompait, brouillard épais, pluie, froid… Ainsi tout les 2 jours nous nous retrouvions trempé jusqu’au os. Plus les jours avançait et plus il était difficile de sécher nos vêtements qui, à cause d’une humidité et d’un froid constant, moisissais en gagnant progressivement cette odeur très désagréable.

 

Baptiste a subit la loi des mauvaise séries avec sa moto, un enchaînement de petits problèmes qui ont mis à mal notre motivation, puis à moindre échelle se fût au tour de la 2 ème moto qui nous posa des problèmes. Il a fallu très souvent se débrouiller seul, pour nous sortir de situation délicate. Comme une nouvelle épreuve se qui devais être une balade idyllique se transforma, petit a petit, en véritable chemin de croix. Notre soutiens l’un envers l’autre nous a aidé plus d’une fois, il a fallu du sang froid pour ne pas craquer face aux journées pourrit. Nous ne pouvions qu’entrapercevoir ses montagnes aux courbes ondulés charismatiques du nord du Vietnam. La déception fût grande de notre coté. Ne pas voir correctement ses paysages que nous attendions tant sous leurs meilleurs jours, ne nous a pas aidé à nous sentir mieux…

Et les Vietnamiens dans tout ça ?

Hé bien ont ne peux pas dire que nous avons été en osmose avec se peuple. Rapidement nous avons été confronté à leur comportement légèrement excessif. Il ont se réflexe qui les conditionne à vous hurlé un fort « HELLO » à votre approche. Pour ceux qui lisent nos articles depuis plus d’1 ans, vous savez à quel point nous ne sommes absolument pas réceptif à ce genre de comportement surjoué. Ce pays paraît étonnamment lié à la Chine, ainsi cela se ressent d’un point de vue comportementale et sociale …. Cela explique peut être ce petit malaise que nous avons eu avec certains d’entre eux.

Nous avons peu partagé de moment privilégié avec les vietnamiens, hormis quelques verres d’alcool de riz avant de reprendre la route. Ici la relation touriste-locaux est très délimité, ce qui empêche des rencontres spontanés sans arrières pensées… Pour partager des moments avec des locaux, certains n’hésite pas a payer un forfait de séjour, comme dans un gîte, dans une famille « traditionnelle » pour avoir l’impression de partager des émotions rares. Mais pour ceux qui l’on très bien compris, ce genre de relation ne nous intéresse pas.

Comment partager un moments sincère et intense avec un individu s’il y a une notion d’argent entre les 2 ?

A cela nous préférons nous en écarter, ne voyant aucun intérêt à ses échanges peu constructif et sincère. Mais il n’y a pas que du négatif, nous avons aussi rencontré des personnes d’une grande gentillesse au sourire généreux Et aussi, il faut le préciser, aucun remord vis a vis des français ou des américains qui voyage ici, bien au contraire ils en rigolent et font preuve d’une grande sagesse face à cette période historique très noir.

Et l’environnement parlons-en ?

C’est un 2 eme point que nous souhaitons vous parlez, car il nous semble très important ! La protection de l’environnement est quasi inexistant au Vietnam, outre les nombreux déchet répandus un peu partout par les habitants, ils ont eu la très bonne idée de mettre des barrages partout, ce qui pollu le paysage et deviens, à force, un désastre écologique. Sur notre route nous avons également vu un grand nombre de carrière minérale, des faces entières de montagne sont littéralement amputés sans le moindre questionnement. Voir des montagnes magnifique déchiqueté par l’homme n’a pas été le plus beau des souvenirs que nous avons de ce pays.

On remerciera les chinois pour leurs contributions à venir détruire à petit feu leurs voisins.

Nous ne somme pas dupe pour autant, la France et l’Europe ont eu cette période de destruction de notre propre habitat, barrages hydraulique, centrales nucléaires, utilisation de produits chimiques… mais depuis quelques années des consciences collectives inversent la tendance doucement mais sûrement. Ainsi nous espérons qu’au Vietnam et même en Asie, des populations fassent de même et réagissent pour contrebalancer se désastre écologique.

Le Vietnam n’a pas vraiment été à la hauteur de nos attentes, même si cette expérience nous a appris encore beaucoup de chose. Il est temps pour nous de revenir au Laos un pays qui nous correspond bien mieux et que nous souhaitons découvrir davantage.

Le Laos, dernier bastion de la tranquillité

A notre arrivé au Laos, la transition avec la Thaïlande fut saisissante ! La propreté et les routes parfaites laissent place aux voies défoncés et à une propreté négligeable….

Bienvenue dans le Far-west Laotien !

Mais arrivé à Vientiane, capitale du Laos, nous apprécions très rapidement cette jolie petite capitale où nous ressentons une forte présence française. Et oui, pour ceux qui l’on peut-être oubliés ou ne le savent pas, le Laos faisait partie de l’ex-Indochine, ancienne colonie française jusqu’à sa dissolution en 1954.

Nous qui rêvons depuis plusieurs mois au fromage et au vin, à la bonne bouffe française, nous sommes extrêmement ravis de découvrir des baguettes de pain, des sandwich et du bon vin à un prix raisonnable. Nous avons l’impression d’être atterris au paradis à la française !!

En effet il y a beaucoup d’expatrié qui se sont installés à la capitale et au fur-à-mesure du temps le terroir français s’est imposé à notre plus grand plaisir !

Mais la capitale ne reflète pas le véritablement visage du Laos. Nous sommes alors partis dans ses montagnes reculées à la découverte de ses racines et nous y avons vu un peuple d’une grande gentillesse, sincère et très accueillant, surtout les enfants qui vous salut avec un tel sourire et une joie de vivre rarement comparable qui ferait fondre même les cœurs les plus dur.

Vu que nous étions en moto, nous avons pu profiter de ces magnifique montagnes entrecoupés de villages perdus sur des crêtes ou en fond de vallée. Malheureusement, cette fois-ci le temps n’était pas avec nous. Nous avons connu une première semaine ensoleillé, en revanche les 3 autres sont passés du côté obscur, entre nuage menaçant et pluie, en passant par le brouillard épais et le froid.

Malgré tout nous avons très apprécié le Laos, la gentillesse naturelle des laotiens, la tranquillité, ses bivouacs de rêve en on fait un des pays les plus apprécié de notre voyage. Il est en effet très simple de voyager au Laos.

Mais heureusement, après le Vietnam, nous revenons au Laos quelques semaines par le sud direction, Vientiane, pour récupérer nos vélos et rencontrer des écoles dont l’association « Enfants d’Asie », que nous avons rencontré auparavant.

DSC_8900

Un vent de renouveau « la moto »

Au bout d’un an de voyage à vélo à travers l’Europe et l’Asie, après avoir connu le froid hivernal, les fortes chaleurs, la mousson ainsi que les hauts sommets himalayens, le désert du Rajasthan, les innombrables villes grouillants d’activités et les montagnes infernales de l’Asie du sud-est et ainsi arrivant quasiment à notre but, un vent de changement nous semblait important pour continuer notre aventure avec toujours la même envie de découverte et d’ouverture d’esprit sur le monde qui nous entoure.

Arrivé à Vientiane, capitale du Laos, nous décidons, après mûre réflexion, de laisser nos vélos pour environ 2 à 3 mois afin de découvrir le Laos et le Vietnam à MOTO !

Le choix que nous avons fait n’a pas été de la fainéantise ou un dégoût du vélo mais plutôt un choix réaliste. Je m’explique…

Auparavant nous avions traversé le nord de la Thaïlande et cet étape a été sûrement la plus difficile que nous avions traversé. Les routes dans cette partie du monde sont extrêmement exténuante de part leurs degrés d’inclinaison et l’enchaînement, sans cesse, des montés et descentes sur plusieurs dizaines voir centaines de kilomètres. Ainsi sachant que nous allions retrouver ce même profile de route au Laos, nous avons conclu de le faire à moto pour profiter pleinement de ses pays !

DSC_8549

Une nouvelle aventure, dans cette grande aventure, c’est alors ouverte à nous !

Et on peut dire que ça n’a pas été facile… Nous savions qu’en arrivant à Vientiane il fallait qu’on soit efficace pour perdre le moins de temps possible à trouver des motos. Le défi était de trouver 2 motos d’occasion de type « Honda win 110 cc » avec des plaques vietnamiennes pour pouvoir passer au Vietnam, par la suite.

Dès le premier jour nous faisons nos recherches… sur internet, sur des forums, et aussi en ville, dans des guest house où parfois des voyageurs vendent leurs motos à la fin de leurs trip. Rapidement nous trouvons plusieurs personnes qui veulent vendre ou veulent peut-être vendre. A ce moment là, notre enthousiaste est au plus haut mais nous continuons à démarcher au cas ou il n’y aurais pas de suite, et nous avons très bien fait car ça ne s’est pas passé comme prévu, au bout des 3 premiers jours, nous avions au final aucune moto. La tension commençait à monter crescendo mais heureusement, Enzo, un français que nous avions rencontré quelques jours avant, avait trouvé 2 motos, une pour lui et l’autre pour nous. Super !! nous en avions une en poche, il en restait plus qu’une à trouver ! Mais se fût encore 2 jours de plus et des faux plans avant de trouver la perle rare, ce qui en a découlé un sentiment de soulagement et une belle victoire pour notre nouveau projet !

DSC_8897

Nous sommes, au final partis de la capitale laotienne, au bout de 5 jours, à trois avec Enzo, et avec «  une banane énorme » pour découvrir ce pays à motos…

Les sensations sont pas du tous les même qu’à vélo… Nous roulons plus vite, passons les montés avec une facilité déconcertante, parcourons plusieurs centaines de kilomètres par jour. Enfin bref le bonheur sur de telles routes montagneuses ! Grâce à la moto nous avons pu trouver des bivouacs magnifique, superbe vu et tranquillité. En revanche le regret que nous pouvons avoir avec la moto est que nous allons plus vite et donc cela crée une distance avec les locaux. Le vélo reste un formidable moyen pour rencontrer .

Ça nous a aussi appris à repartir à zéro, nouveaux problèmes mécaniques, nous avons passé presque tout les jours au garage pour réparer ceci ou cela. Et ouai ! Voyager avec de vielle moto c’est génial, on va vite, pas d’effort, mais il faut aimer passer son temps dans les garages !

DSC_9040

1 an d’aventure à vélo, on vous raconte notre ressentiment général.

Nous voilà au terme d’une année d’efforts, de rencontres et d’aventures, 13OOO km de vélo à travers 18 pays, 365 jours à vivre au grès de nos envies, nous laissant porter par un courant ce prénommant « Voyage ».

Par quoi commencer ? Résumer 1 an d’expériences acquisent, de désillusions, de moments forts en un petit paragraphe de 20 lignes n’est pas une chose facile. En comparaison je cite cette question mythique que beaucoup de personnes nous là posés :

  • Alors les gars ! c’est quoi le pays que vous avez préféré ?

  • Euh… un certain nombre…

Mais nous allons tout de même tenter un résumé global de ce voyage…

Notre Histoire commence en Juin 2016, profitant du soleil d’été du Jura et accompagné d’un verre de « niôle », Baptiste et moi se décidons à partir à l’aventure à travers le monde. S’en suis 7 mois d’organisation afin de nous permettre de monter le projet, car vouloir voyager est une chose mais ça réalisation demande une organisation minutieuse. Celle-ci nous à permis de rencontrer un nombre de personnes de toutes horizons sensible à notre démarche et avec qui nous avons lié une forte complicité.

Sans même nous en rendre compte notre voyage avais déjà commencé !

C’est ainsi qu’un matin glacial du 2 janvier 2017 nous partions de Moirans en Montagne soutenue par nos amis et partenaires. Avec du recule je vous le dis avec certitude nous étions très loin de nous imaginer ce dans quoi nous nous lancions….

dsc_0972

Après les premiers jours euphorique nous avons eu à faire à cette immensité du monde qui s’étale sous nos roues et celle-ci vous fait froid dans le dos lorsque vous regardez votre futur route et le nombre de kilomètres à accomplir pour y arriver. C’est ainsi que nous nous lancions de petits objectifs avec de petites distances, apprenant à déjouer les nombreux pièges du voyage à vélo.

Notre expérience grandissante de jours en jours, de rencontres en rencontres, notre voyage se construit au grès des événements et des pépins mécaniques qui non eu de cessent de nous surprendre.

C’est après notre arrivée au Népal que le voyage pris une toute autre forme, celle de la difficulté physique, moral et mécanique. La mousson nous le savions avant de partir, qu’elle serais pour nous inévitable. Et c’est au pays des plus au sommet du monde que nous la rencontrons dans une jungle épaisse, non sans y laisser quelques plumes, suivi par la traversée de l’Himalaya en Inde, de la zone la plus militarisé du monde, du désert du Rajasthan et de l’Inde en général. Car oui ! L’Inde à été pour nous un vrai défi…

Une fois de plus nous sommes contraint de prendre l’avion pour passer une frontière fermée, c’est au détour de ses mésaventures que nous prenons conscience de la complexité du monde, de ses conflits géopolitiques et même avec une volonté à toute épreuve le monde ne se pliera pas à nos volontés malgré tout nos efforts pour parvenir jusqu’ici. Mais toutes ses épreuves ne sont que des expériences acquissent qui non de cesse de nous faire grandir et réaliser la chance que nous avons de vivre en France.

C’est avec l’esprit et le corps fatigués et une expérience dans le vélo qui n’est plus à prouver que nous arrivons en Asie du sud-est où la facilité de voyager ici est déconcertante. Les sourires et l’accueil extraordinairement chaleureux rechargent nos batteries. Ses rencontres qui au détour d’un simple regard peuvent se transformer en plusieurs jours d’échanges et de partages qui confirment chaque jour la bonne décision qui a été celle de partir.

Mais il nous reste encore des questions à résoudre qui déterminera la suite de l’aventure :

  • Comment trouver la motivation nécessaire, après 13000 km, de continuer à pédaler ?

  • A quoi bon continuer à suer à grosses gouttes, d’avoir mal au fesse ou de continuer à réparer une énième crevaison ?

A ses deux questions que nous nous sommes posés, nous vous répondrons l’envi de savoir quel va être nos futures rencontres sur la route ; de savoir ce qui va se passer après un virage, de découvrir après l’ascension d’un col quel vue vous aurez le bonheur de contemplé…

Il n’y a pas plus grande fierté personnel que celle de regarder derrière nous et de constaté tout se chemin parcouru. De voir à quel point il est agréable de pouvoir vivre une telle aventure avec son ami et les personnes qui vous suivent…

Come back in « Thailand Paradise »

 

Quittant le Myanmar en bus par la même frontière, nous revenons en Thaïlande non content de retrouver ses sourires sincères, cette joie de vivre et cette simplicité qui les caractérise tant.

 

Désireux de découvrir le Nord de la Thaïlande, nous nous dirigeons vers Chang Mai et empruntons une voie difficile… celle des montagnes où la faune et la flore est luxuriante. Nous n’avons pas été déçu des dénivelés et de la difficulté, sous une chaleur écrasante nous grimpons et descendons des pente a 17 % qui nous oblige parfois à pousser nos vélos. Les routes dans les montagnes thaïlandaises ne passent pas part 4 chemins, tout droit vers la destination… Ce qui vous donne de vrais pistes de ski à gravir. Cependant se sont dans ses montagnes que nous rencontrerons « Po », un thaïlandais de 60 ans en vélo avec qui nous passerons 5 jours et pour qui nous avons eu une affection toute particulière. Sa joie de vivre et son franc parlé, nous fais découvrir encore cette Thaïlande qui parfois s’avère être très mystérieuse et jonchée de contradiction.

 

Après 300 kilomètres nous voilà donc à Chang Mai où nous prenons le temps de nous reposer, de rencontrer d’autres voyageurs et perfectionner notre anglais qui s’améliore, malgré tout. C’est pour nous l’occasion de préparer la suite de l’aventure au Laos qui s’annonce très remplis, avec la visite d’une 2 ème association et un projet de découvrir les célèbres montagnes laotiennes en moto…

 

Le Myanmar : Entre temples et flicaille !

Notre visas thaïlandais d’un mois arrive a son terme et nous nous dirigeons vers notre 18 ème pays « le Myanmar », ce pays que certains nous déconseillent par une situation politique compliqué et instable dans la partie nord et d’autres nous le recommandent de par ses fabuleux paysages.

C’est avec l’envi de découvrir par nous même cette culture et la situation du pays que nous entrons au Myanmar. Nos premiers ressentis ont été un peu mitigé, nous retrouvons des influences indiennes qui pour être honnête nous ont quelques peu freiné notre enthousiaste à la vu d’une nouvelle confrontation du type… les klaxons, un trafic dangereux, des routes cabossés, le « chicage » du tabac par les locaux qui ne peuvent s’empêcher de cracher comme des lamas le long des routes, ou tout simplement le port de la jupe traditionnel similaire au habitant du Bangal en Inde.

De-part une route étroite, défoncé, malmené par un trafic dense que nous rejoignons notre première grande ville PAH-AN, avec ses formations volcaniques uniques. Les montagnes que nous trouvons sont d’une beauté poétique, ses formations rocheuses qui s’élève vers le haut à la manière de tour naturel.

C’est dans notre Guest house ( auberge de jeunesse) que nous profitons de ce décor unique et que nous rencontrons beaucoup de voyageurs nous expliquant leur ressentis et leur feeling avec les birmans.

Reposé du chemin difficile que nous avons du faire pour venir jusqu’ici, nous reprenons nos vélos bien décidés à rencontrer les birman et leur mode de vie. Mais nous allons très vite nous confronter à une difficulté qui aura une grande influence sur notre traversé du Myanmar celle du « couchage ».

Par 2 fois la police d’immigration est venue chez l’habitant et dans un monastère nous demander de partir. Toujours avec le sourire, les situations se sont toujours bien finis même s’il n’est pas très agréable de quitté une famille à 21h accompagné de la police jusqu’au prochain hôtel.

Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre un hôtel chaque nuit cela coûterais trop chère et il est pour nous très frustrant de ne pas pouvoir découvrir les habitants de l’intérieur. Nous prenons donc la décision de continué notre voyage en train jusqu’à Bagan.

Bagan, un site archéologique comptant 3000 temples de la première dynastie birmane, un spectacle époustouflant que nous admirons 3 jours de suite. Après toutes ses difficultés au Myanmar nous étions content de pouvoir apprécier ce lieu unique au monde. Ici les touristes et les voyageurs du monde entier si arrêtent pour jouir des levés de soleil révélant toute la beauté du site.