56 jours, 2583 km , Une Albanie surprenante !

Après avoir attendu une demi heure à la frontière pour des formalités administratives, nous entrons dans ce 6 ème pays, l’Albanie. Nos premiers coup de pédales nous amène dans un petit village frontalier, le changement est radicale, mosquées diffusant l’appel à la prière, vielles Mercedes, maisons rafistolées surmontées par de grosses citernes d’eau, et des habitants très dynamique dans la vie du village. Au cour d’une pause pain-chocolat, un classique ! nous sommes rapidement un sujet de curiosité et comme un cadeau de bienvenue, un boulanger Vien nous offrir de son plein grès 5 pains, que acceptons avec grand plaisir. Nous abordons ce pays avec le sourire, enthousiaste à l’idée de découvrir cette culture si différente de chez nous mais pourtant nous sommes toujours en Europe !

Cette première journée fut étourdissante pour nous, mais tellement passionnante, enchainant rencontres sur rencontres attirant des Albanais curieux et content de voir des voyageurs dans leur pays. Nous expliquons notre périple, nous montrons notre système de fixation de remorque. Un poissonnier va même nous donner une leçon pour changer un pneu crevé de la meilleur des façons !

Nous observons, nous partageons et nous repartons direction Tirane, capitale de l’Albanie, rebousté par cette euphorie générale, zigzagant entre les vielles « merco », les animaux en tous genres, des odeurs de kérosène, des véhicules surprenant et bien d’autres ….

Notre 2 ème jour en Albanie fut très difficile moralement et physiquement, accompagné par une pluie battante toute au long de cette journée. Nous traversons la capitale dépourvu de panneaux, ce qui a rendu la tâche difficile pour nous repérer. Après avoir été aidé par un jeune albanais qui nous accompagna jusqu’à la sortie de la capitale, l’ heure est venu pour nous de trouver un abris pour la nuit afin de nous sécher et de dormir au sec. Epuisé et a bout de force, nous roulons sous la pluie pour trouver un abris… après plusieurs échecs, nous voyons au loin au potentiel d’une maison abandonnée au milieu d’un chantier de construction d’une autoroute. Nous tentons notre chance et mettons nos dernières énergies pour rejoindre cette habitation, qui une fois arrivé se trouvait habitée. A ce moment c’est avec une grande déception et couvert de boue que nous sommes rejoins par des enfants qui nous aides a pousser nos vélos dans ce chemin sableux, boueux, qui embourbe nos vélos.

Nous ne savons plus où aller, n’arrivons plus à prendre de décisions  raisonnés…. 2 Albanais sortant de nulle part nous rejoignes en voyant notre détresse et essayent de nous aider. Nous donnons dans cette conversation gestuel nos dernières forces. Ils nous proposent de nous installer un peu plus loin pour mettre notre tente. Sans d’autres options nous acceptons et mettons notre tente au beau milieu de cette autoroute en construction , exténués , nous sautons dans nos duvet après avoir fais 2 sandwich dans l’espoir de nous reposer mais c’était sans compté sur notre ami albanais qui fit tourner un groupe électrogène toute la nuit qui nous empêcha de dormir. Quel horreur !

Épuisés par cette véritable épreuve nous décidons avec l’esprit plus reposer de trouver un hôtel à Elbasan pour 2 jours afin de nous laver, reposer, publier nos photos et repartir avec une motivation a son maximum, direction la Grèce !

Le Monténégro, 1 fois mais pas 2 …

dsc_2660

       Revenons quelques jours auparavant, le 22 février. Après avoir traversé un no man’s land d’ 1km entre la Croatie et le Monténégro, nous entrons dans ce nouveau pays sous un grand soleil. Nos premières impressions sont mitigés, nous traversons une enfilade de villes balnéaires en bordure de cote qui pour nous la dénature fortement.

Quelques coups de pédales plus tard, nous tombons sur un endroit d’une puissante beauté, en effet la mer s’est engouffré dans les terres monténégrins laissant place à un grand lac improvisé encerclé par de majestueuses montagnes, appelé « Fjord », sur lequel de petites villages traditionnels sont venu se poser en douceur sur ce paysage grandiose. Nous retiendrons du Monténégro que cet endroit car le reste de la côte n’est que villes surpeuplés, immeubles en constructions, hôtels balnéaires et autres activités ouvert qu’en été. Nous faisons face  à un pays en pleine évolution économique marquant un faussé très marquer entre les nouveaux riches roulant en 4×4 porche et les anciens pauvres roulant avec des voitures sans plaque ou encore sans parebrise.

Essoufflé par ce pays, nous tardons pas à rejoindre l’Albanie qui pour nous reste un grand mystère ….

La belle Croate

dsc_2610

Après presque 1 semaine passé en compagnie des ours à Kutérévo… Nous décidons que le moment est venu pour nous de reprendre la route afin de rester dans le timing prévu, même si on aurait aimé rester un peu plus longtemps.

Nous voila donc repartis pour 1 semaine de route jusqu’à la frontière du Monténégro. Le beau temps est au rendez-vous et les températures commence à être dans le positif. Nous découvrons donc le plaisir de rouler en ayant chaud, sans avoir les mains et les pieds engourdis par le froid. Grâce au beau temps, nous pouvons admirer enfin ce qui nous entoure, montagnes enneigés dans les terres, les splendides îles et les côtes du sud ainsi que de jolis villages. Les Croates sont souriant, toujours avec un geste de la main pour nous saluer et les klaxons d’encouragement nous accompagne tout au long de la journée. En revanche le contact direct est très peu présent ce qui nous attriste un peu… il faut le dire.. Mais c’est en Croatie que nous rencontrons la première personne qui parle français … dans une montée, nous voyons cette homme qui nous regarde avec insistance et dis  » salut les gars,la route est bonne ? « , nous nous arrêtons et discutons un moment avec lui, des questionnement de part et d’autres arrivent très rapidement. Et nous voila repartis sur la route direction le Monténégro !!

Nous venons tout juste de passer au dessus de Dubrovnik,ville magnifique, fortifié au bord de la mer adriatique ou plusieurs films on déjà été tournés.
Ce soir nous dépassons la frontière pour un nouveau pays en se rapprochant chaques jours de notre objectif.

Un refuge pour ours à Kuterevo

Nous voici  en Croatie, pays montagneux et terre des ours !!!

Après avoir côtoyé quelques jours la ville, à Ljubljana, nous repartons sur les routes perdues de Croatie entre montagnes et vallées. Nous devons rejoindre Kuterevo où nous avons une adresse dans un refuge qui accueille des ours orphelins. Cet objectif devait se faire au maximum en 3 jours parce que nous avions une fenêtre sans pluie. On s’est dit  » ça va on a le temps, 215 km ça se fait en 2 jours !  » Mais nous n’avons pas pris en compte le fait que nous allons traverser les Balkans. Nous avons donc mis 3 jours entiers, 3 jours de beaux paysages montagneux, de neiges et de verglas. Cette traversée a été plus dure que ce qu’on pensait.

Mais voilà, nous arrivons à Kuterevo, le jour commence à descendre et nous ne savons pas où se trouve le refuge. Nous nous dirigeons vers une scierie où 3 personnes y travaillent, nous demandons notre chemin un des 3 nous indique que c’est encore à trois kilomètres. En voyant notre tête, dépités de voir qu’il nous reste encore à pédaler, il nous propose du Schnaps. Bien réchauffés nous repartons  avec plus de force « bizarrement » . Et nous voici enfin au refuge des ours où nous sommes accueillis par 2 jeunes français, Mathis et Aurélie, qui sont en service civique et Ivanna et Anna-Maria coordinatrices du refuge. Nous découvrons avec les jours, le site avec ses différentes maisons et son fonctionnement. Nous pouvons rester au refuge mais il faut, en retour, mettre la main à la pâte. Cuisine vaisselle, entretien des constructions, toilettes sèches, douches extérieures  et lessive à la main rythment notre quotidien. Et voilà que le premier ours montre son nez, puis un deuxième et par la suite 5 autres. Nous sommes émerveillés par ses grosses peluches qui ont l’air tellement inoffensives ! Nous découvrons aussi le maître des lieux « Ivan » ou nous pouvons dire plutôt redécouvrons car un peu avant d’arriver à Kuterevo, nous demandons notre chemin dans un bar en précisant bien que nous cherchons un certain Ivan, les personnes nous indiquent la route et à ce moment là un homme arrive, barbe blanche avec une bonne tête nous salut et va voir les personnes du bar où nous voyons qu’ils parlent entre eux en Croate. Pas plus d’informations nous repartons. Peu après d’être arrivés au refuge nous voyons de nouveau cet homme, nous comprenons en rigolant que c’est Ivan ! C’est un personnage très mystérieux, parlant qu’allemand ou Croate, mais il est aussi très drôle dans sa gestuelle.

Le refuge récupère des oursons orphelins dû à la chasse et au braconnage en Croatie. Ils restent ensuite toute la fin de leurs vie dans le parc car il est, par la suite, impossible de les remettent dans la forêt… ils ne pourraient pas survivre à une introduction dans la vie sauvage.

Notre séjour dans ce magnifique endroit prend fin un peu à contre cœur mais toujours avec l’envie de continuer notre route et de gagner les pays chauds !

collage-2

 

Séjour à Ljubljana

Dober dan à tout le monde, nous voici de nouveau sur le site plus vite que prévu. Du coup nous vous écrivons un petit article sur ses 3 derniers jours TRÈS FORTS en émotions.

Revenons au départ de Trieste, requinqué avec l’envie de reprendre le vélo et d’avaler les kilomètres. Après avoir passé la frontière slovène et arrivant à la tombé de la nuit à notre bivouac improvisé, nous constatons très rapidement que cette route va être plus dur que prévu à cause surtout d’un temps exécrable. Le deuxième jours fût exactement pareil… très pluvieux avec parfois le vent qui s’invite à la partie, les conditions ont été si difficile moralement et physiquement d’autant plus qu’Anthony fût une chute qui arracha une de ses sacoches. Mais heureusement rien de grave, nous avons su nous adapté à la situation « analyser, réfléchir, réparer, repartir » Malgré ce temps difficile, nous réussissons à atteindre Ljubljana avant tomber de la nuit où nous nous dirigeons vers le squat « Rog old Factory », que l’on nous a conseillé auparavant. Après une certaine incompréhension…  et dans un anglais approximatif, nous sommes accueillis par Slavko dans son garage à vélo improvisé en appartement où nous avons pu se sécher ainsi que se laver, le pied total !!!

Nous avons commencé à découvrir la ville aujourd’hui, ville avec une atmosphère artistique où on se sent presque comme chez nous !