Au pays des licornes !

Au risque de décevoir certaines personnes on a pas réussi à trouvé de licorne !

Nous voilà au Kirghizistan! Ce petit pays d’Asie Centrale que peu de personnes savent où il se situe, mais on va pas vous mentir que nous aussi, avant de partir,nous de savions pas ou il se trouve

 

Ne sachant pas à quoi nous attendre, nous avons été agréablement surpris par son accueil et ses nombreuses richesses !

Les kirghizes ont le sens de l’hospitalité, dès le premier soir nous avons été invités dans une ferme près de Bishkek, au début pour poser la tente dans le jardin mais au final nous avons été conviés à dormir dans des lits avec un repas succulent. Ce fût la première rencontre d’une longue série qui nous suivra toute au long de notre chemin.

Il faut le préciser toutes les personnes qui nous ont laissés entrée dans leurs jardins privés ont été des familles paysannes. Au Kirghizistan l’agriculture est très présente, Il y a de nombreuses petites fermes où se mêle les vaches, les chevaux, les moutons, la volaille et arbres fruités. Ce fût à chaque fois un délice où nous avons pu goûté la gastronomie locale; confitures, crèmes, lait de jument et plats traditionnels.

Le Kirghizistan n’a pas à avoir honte de ses montagnes, riches et variés, parsemés de lac d’altitudes. Certains sommets culmine à plus de 5000 m d’altitude. Nous avons aussi goûté à de belles montées à travers de magnifique vallées qui nous ont fait suer mais pour découvrir, en haut, des paysages presque vierge !

Mais attention aux routes Kirghizes qui sont, de loin, les pires qu’on est connu jusqu’à maintenant… Nous avons regretté plusieurs fois les belles routes de Turquie, lisses et larges. Ici c’est tout le contraire, elles sont étroites et semés de trous. Notre quotidien a été de constamment d’éviter ses trous et de surveiller de très près les conducteurs inconscient se multipliant au fur-à-mesure que la journée avance ! C’est ici aussi que nous découvrons « la piouste », un subtile mélange de piste et de route bitumé, un vrai régal !

CSC_5221

En somme, nous nous sommes vraiment régalés au Kirghizistan, dans tous les sens du terme ! C’est un pays a découvrir sans plus attendre.

 

Visas et démarche administrative…

Bonjour à tous

Nous sommes à Bishkek au Kirghizistan. Après 5 mois passés sur la route, traversés 13 pays, et a la demande de quelques personnes, il est temps pour nous de vous parler de notre expérience pour les visas.

Nous sommes conscient que cette article sera moins agréable à regarder  que de belles photos de voyage au Kazakhstan. Mais nous le faiont avant tout pour aidé nos amis voyageurs qui sont ou seront sur la route prochainement ou les personnes intéressés par ce sujet au combien délicat en voyage.

Jusqu’à présent notre bonne étoile nous a permis d’obtenir tous nos visas, beaucoup de voyageurs rencontrés sur notre chemin non pas eu cette chance! Et pour cause votre nationalité, les attente politique du moment ou encore l’humeur de l’ambassadeur qui vous colle votre « gommette » sont autant de facteurs qui influent sur l’obtention ou non de votre visas.

Iran:

Celui-ci a été obtenu en 2h à Erzurum. La procédure à été plutôt simple, vous allez à l’ambassade muni de votre « référence number » obtenue auprès d’une agence de voyage sur internet « key to persia », vous remplissez leurs documents d’informations en anglais puis vous allez à la banque voisine payer 75 euros (le prix du visa Iranien en express). Vous retournez ensuite à l’ambassade, et il reste plus qu’à attendre 30 minutes qu’ils préparent leurs autocollants et boom ! vous avez votre visa.

IMG_3696

Le Turkménistan:

Ce visa turkmène à beaucoup jouer avec nos nerfs durant 1mois et demi. La cause en est très simple, sur internet de nombreux forum vous informeront que ce visa se joue sur une loterie 50/50. Les documents demandés sont très basiques a l’exception d’un seul, celui d’avoir  au préalable le visa d’un pays frontalier, autrement dis  si vous arriver par l’Iran vous aurais besoin du visas ouzbek ou kazakh (petite astuce : les européens sont exemptés de visas kazakh, ce qui facilite l’organisation,). Ce qui complique légèrement votre organisation, « l’anticipation et primordiale ».

Ce pays ne veut clairement pas que vous restiez dans leurs pays, vous ne pourrai obtenir qu’un visas transit de 5 jours pour traverser 750 kilometres ( attention au vélociste prévoir de bon mollet).

Pour notre part, nous avons réussi à obtenir ce visa sans trop de difficultés.  La demande a été faite à Téhéran récupéré à Machhad. Vous payer 55 dollars plus 12 dollars à la frontière, pour qui ? pourquoi ? bienvenue dans l’univers des visas.

Certain de nos amis ont réussi à passer d’autres on moins eu de chance et on du prendre un avion pour contourner ce pays. Un jeu de loterie assez injuste, qui pour nous c’est bien terminé.

DSC_4762

L’Ouzbékistan et Tadjikistan:

Nous n’avons pas traversés ses deux pays mais nous pouvons vous en toucher quelques mots, de part nos rencontres et nos recherches à leurs sujets.

L’Ouzbékistan reste simple d’obtention, un formulaire, deux photos, une photocopie de passeport et votre passeport bien sûr. Mais il comporte un inconvénient qui pour nous a été décisif, c’est sont prix 105 dollars pour 1 mois. Une somme importante qui lorsque vous voyagé avec un petit budget n’est pas négligeable.

Son voisin le Tadjikistan quand à lui sont prix varie selon le pays dans lequel vous le demandé,  plus un permis GBAO qu’on obtient dans un consulat pour pouvoir traverser la fameuse route du Pamir, accompagné d’un formulaire a remplir.

Kazakhstan et Kirghizistan:

Avant même d’arriver dans ses 2 pays, vous les adorez déjà ! la raison est simple… un simple coup de tampon et un « Welcome to my country » vous seront délivré à l’entrée. C’est un vrai bonheur de simplicité qui permet au français d’aller et venir dans ses pays comme bon leurs semblent sans débourser un sous.

Visas Kazakh: 1 mois   Visas kirghize: 1 mois

La chine:

Voilà le point le plus intéressant de cet article et c’est aussi la démarche d’obtention de visas la plus compliquée pour nous. Nous étions mis au courant de part nos familles et quelques amis ayant voyagés en Chine qu’il été compliqué d’obtenir un visa chinois. Nous avons donc pris nos précaution en nous dirigeant vers une agence nous permettant d’obtenir lettre d’invitation, réservation d’hôtel, etc…  A notre arrivé dans celle-ci , la réponse est simple: nous ne proposons plus ce service car la Chine refuse les visas depuis cette année !

Ok ! à ce moment là, tu te dis que ça va être plus compliqué que prévu, mais tu perd pas espoir tu te diriges à l’ambassade chinois pour avoir plus d’informations et de comprendre leur attentes.

Nous arrivons devant l’ambassade chinoise, un bunker protégé d’un mur de 2 mètres surmonté de barbelés et protégé de gardes armés pour une 3 ème guerre mondiale, détecteurs de métaux à l’entrer et fouilles contentieuses.

Baptiste et moi rigolons de cette situation un peu sur réaliste, et tentons d’entrer, arrêter par la sécuriser surpris de nous voir. Une chinoise vient à notre rencontre devant l’entrée de l’ambassade et nous demande ce que nous souhaitons ?

-2 visas chinois s’il vous plait .

-impossible, nous dit-elle!

– pouvons-nous obtenir ses visas dans un autre pays ?

-impossible dans toute l’Asie central !

-Ok, pouvez-vous nous dire comment rentrer dans votre beau pays?

-je ne sais pas! bonne journée

Voilà comment c’est passé les démarches de notre visa, on peut le dire pas vraiment à la hauteur de nos attentes. Depuis cette année, il est impossible pour un touriste d’obtenir un visa chinois en Asie central. Le meilleur moyen de l’obtenir, quand on le peut, est dans son pays de résidence.

5 mois, notre chemin depuis la France

Nous voila déjà partis depuis 5 mois, que de chemin parcouru depuis ! Voici l’itinéraire que nous avons empreinté depuis la France, celui ci a bien changer par rapport à l’initial. Et pour cause certains visas comme le Turkménistan sont compliqués d’obtenir et d’autres comme l’Ouzbékistan sont excessivement chers. Sur la route, tout le jeux est d’ anticiper sont itinéraire pour réussir à franchir chaque pays et aller plus loin dans cette aventure. De plus en plus nous nous rendons compte que le monde et ses frontières n’est que complexité, arrangement politique, et un gros « chimlblique ».

Nous voila deux petites souris essayant de nous fréllier un chemin à travers le monde.