Un chemin népalais difficile…

Après notre décision de prendre un vol pour le Népal suite au refus de la Chine pour obtenir le visa, nous atterissons à Katmandou. Nous restons 10 jours dans la capitale népalaise afin d’obtenir le visa indien.

DSC_5425

Nous passons ce séjour en compagnie de Melaîde, une lilloise qui a fait du bénévola en Inde dans un orphelinat. Depuis que nous sommes partis, elle suit notre aventure et elle a voulu nous rencontrer. Nous avons donc découvert cette cité emblématique où se mêlent traditions religieuses, bouddhiste et hindouiste et le tourisme de masse notamment à thamel, centre névralgique du business de trekking. Malgré ce tourisme très présent, nous avons apprécié l’ambiance que dégage la ville. Ruelles bondées de monde où se mêlent bruits, couleurs et odeurs.

DSC_5362

A la fin du séjour, nous quittons Mélaîde et partons sur les routes népalaises direction l’ouest pour rejoindre l’Inde. Nous mettons 12 jours pour faire 700 km. Cette traversée du Népal fût compliqué, nous avons bataillé avec les « TATA », ces camions très reconnaissable qui klaxonnent à longueur de temps pour nous saluer ou nous dire de dégager sur des routes parfois, étroites, sinueuses et toutes cabossées. Nous n’avons pas été habitué à ce climat tropical, arrivés par avion nous avons pas eu le temps de s’habituer à cette forte chaleur et humiditée constament présentes. Et pour nous compliquer la tâche, les 200 premiers kilomètres étaient très valonnés ce qui donnent au final des journées à 25 km.

Mais heureusement les népalais sont un peuple hospitaliés, honnêtes et guerriers. Les sourires constant et les « bye bye » des enfants nous ont aidé à avancer dans cette jungle épaisse remplis de moustiques et d’insectes de tous genres.
Nous avons découvert surtout la partie sud-ouest du Népal qui est beaucoup moins touristique que le nord, nous avons donc pu découvrir les villages traditionnelles de cette partie du Népal oubliée par les touristes.
Voyager à vélo au Népal pendant la mousson n’a pas été chose simple, c’est pourquoi nous n’avons pas pu découvrir pleinement ce magnifique pays. Nous espérons un jour y revenir sans les vélos et à la bonne saison pour profiter le Népal sur son meilleur jour !

DSC_5520