1 an d’aventure à vélo, on vous raconte notre ressentiment général.

Nous voilà au terme d’une année d’efforts, de rencontres et d’aventures, 13OOO km de vélo à travers 18 pays, 365 jours à vivre au grès de nos envies, nous laissant porter par un courant ce prénommant « Voyage ».

Par quoi commencer ? Résumer 1 an d’expériences acquisent, de désillusions, de moments forts en un petit paragraphe de 20 lignes n’est pas une chose facile. En comparaison je cite cette question mythique que beaucoup de personnes nous là posés :

  • Alors les gars ! c’est quoi le pays que vous avez préféré ?

  • Euh… un certain nombre…

Mais nous allons tout de même tenter un résumé global de ce voyage…

Notre Histoire commence en Juin 2016, profitant du soleil d’été du Jura et accompagné d’un verre de « niôle », Baptiste et moi se décidons à partir à l’aventure à travers le monde. S’en suis 7 mois d’organisation afin de nous permettre de monter le projet, car vouloir voyager est une chose mais ça réalisation demande une organisation minutieuse. Celle-ci nous à permis de rencontrer un nombre de personnes de toutes horizons sensible à notre démarche et avec qui nous avons lié une forte complicité.

Sans même nous en rendre compte notre voyage avais déjà commencé !

C’est ainsi qu’un matin glacial du 2 janvier 2017 nous partions de Moirans en Montagne soutenue par nos amis et partenaires. Avec du recule je vous le dis avec certitude nous étions très loin de nous imaginer ce dans quoi nous nous lancions….

dsc_0972

Après les premiers jours euphorique nous avons eu à faire à cette immensité du monde qui s’étale sous nos roues et celle-ci vous fait froid dans le dos lorsque vous regardez votre futur route et le nombre de kilomètres à accomplir pour y arriver. C’est ainsi que nous nous lancions de petits objectifs avec de petites distances, apprenant à déjouer les nombreux pièges du voyage à vélo.

Notre expérience grandissante de jours en jours, de rencontres en rencontres, notre voyage se construit au grès des événements et des pépins mécaniques qui non eu de cessent de nous surprendre.

C’est après notre arrivée au Népal que le voyage pris une toute autre forme, celle de la difficulté physique, moral et mécanique. La mousson nous le savions avant de partir, qu’elle serais pour nous inévitable. Et c’est au pays des plus au sommet du monde que nous la rencontrons dans une jungle épaisse, non sans y laisser quelques plumes, suivi par la traversée de l’Himalaya en Inde, de la zone la plus militarisé du monde, du désert du Rajasthan et de l’Inde en général. Car oui ! L’Inde à été pour nous un vrai défi…

Une fois de plus nous sommes contraint de prendre l’avion pour passer une frontière fermée, c’est au détour de ses mésaventures que nous prenons conscience de la complexité du monde, de ses conflits géopolitiques et même avec une volonté à toute épreuve le monde ne se pliera pas à nos volontés malgré tout nos efforts pour parvenir jusqu’ici. Mais toutes ses épreuves ne sont que des expériences acquissent qui non de cesse de nous faire grandir et réaliser la chance que nous avons de vivre en France.

C’est avec l’esprit et le corps fatigués et une expérience dans le vélo qui n’est plus à prouver que nous arrivons en Asie du sud-est où la facilité de voyager ici est déconcertante. Les sourires et l’accueil extraordinairement chaleureux rechargent nos batteries. Ses rencontres qui au détour d’un simple regard peuvent se transformer en plusieurs jours d’échanges et de partages qui confirment chaque jour la bonne décision qui a été celle de partir.

Mais il nous reste encore des questions à résoudre qui déterminera la suite de l’aventure :

  • Comment trouver la motivation nécessaire, après 13000 km, de continuer à pédaler ?

  • A quoi bon continuer à suer à grosses gouttes, d’avoir mal au fesse ou de continuer à réparer une énième crevaison ?

A ses deux questions que nous nous sommes posés, nous vous répondrons l’envi de savoir quel va être nos futures rencontres sur la route ; de savoir ce qui va se passer après un virage, de découvrir après l’ascension d’un col quel vue vous aurez le bonheur de contemplé…

Il n’y a pas plus grande fierté personnel que celle de regarder derrière nous et de constaté tout se chemin parcouru. De voir à quel point il est agréable de pouvoir vivre une telle aventure avec son ami et les personnes qui vous suivent…

Come back in « Thailand Paradise »

 

Quittant le Myanmar en bus par la même frontière, nous revenons en Thaïlande non content de retrouver ses sourires sincères, cette joie de vivre et cette simplicité qui les caractérise tant.

 

Désireux de découvrir le Nord de la Thaïlande, nous nous dirigeons vers Chang Mai et empruntons une voie difficile… celle des montagnes où la faune et la flore est luxuriante. Nous n’avons pas été déçu des dénivelés et de la difficulté, sous une chaleur écrasante nous grimpons et descendons des pente a 17 % qui nous oblige parfois à pousser nos vélos. Les routes dans les montagnes thaïlandaises ne passent pas part 4 chemins, tout droit vers la destination… Ce qui vous donne de vrais pistes de ski à gravir. Cependant se sont dans ses montagnes que nous rencontrerons « Po », un thaïlandais de 60 ans en vélo avec qui nous passerons 5 jours et pour qui nous avons eu une affection toute particulière. Sa joie de vivre et son franc parlé, nous fais découvrir encore cette Thaïlande qui parfois s’avère être très mystérieuse et jonchée de contradiction.

 

Après 300 kilomètres nous voilà donc à Chang Mai où nous prenons le temps de nous reposer, de rencontrer d’autres voyageurs et perfectionner notre anglais qui s’améliore, malgré tout. C’est pour nous l’occasion de préparer la suite de l’aventure au Laos qui s’annonce très remplis, avec la visite d’une 2 ème association et un projet de découvrir les célèbres montagnes laotiennes en moto…

 

Le Myanmar : Entre temples et flicaille !

Notre visas thaïlandais d’un mois arrive a son terme et nous nous dirigeons vers notre 18 ème pays « le Myanmar », ce pays que certains nous déconseillent par une situation politique compliqué et instable dans la partie nord et d’autres nous le recommandent de par ses fabuleux paysages.

C’est avec l’envi de découvrir par nous même cette culture et la situation du pays que nous entrons au Myanmar. Nos premiers ressentis ont été un peu mitigé, nous retrouvons des influences indiennes qui pour être honnête nous ont quelques peu freiné notre enthousiaste à la vu d’une nouvelle confrontation du type… les klaxons, un trafic dangereux, des routes cabossés, le « chicage » du tabac par les locaux qui ne peuvent s’empêcher de cracher comme des lamas le long des routes, ou tout simplement le port de la jupe traditionnel similaire au habitant du Bangal en Inde.

De-part une route étroite, défoncé, malmené par un trafic dense que nous rejoignons notre première grande ville PAH-AN, avec ses formations volcaniques uniques. Les montagnes que nous trouvons sont d’une beauté poétique, ses formations rocheuses qui s’élève vers le haut à la manière de tour naturel.

C’est dans notre Guest house ( auberge de jeunesse) que nous profitons de ce décor unique et que nous rencontrons beaucoup de voyageurs nous expliquant leur ressentis et leur feeling avec les birmans.

Reposé du chemin difficile que nous avons du faire pour venir jusqu’ici, nous reprenons nos vélos bien décidés à rencontrer les birman et leur mode de vie. Mais nous allons très vite nous confronter à une difficulté qui aura une grande influence sur notre traversé du Myanmar celle du « couchage ».

Par 2 fois la police d’immigration est venue chez l’habitant et dans un monastère nous demander de partir. Toujours avec le sourire, les situations se sont toujours bien finis même s’il n’est pas très agréable de quitté une famille à 21h accompagné de la police jusqu’au prochain hôtel.

Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre un hôtel chaque nuit cela coûterais trop chère et il est pour nous très frustrant de ne pas pouvoir découvrir les habitants de l’intérieur. Nous prenons donc la décision de continué notre voyage en train jusqu’à Bagan.

Bagan, un site archéologique comptant 3000 temples de la première dynastie birmane, un spectacle époustouflant que nous admirons 3 jours de suite. Après toutes ses difficultés au Myanmar nous étions content de pouvoir apprécier ce lieu unique au monde. Ici les touristes et les voyageurs du monde entier si arrêtent pour jouir des levés de soleil révélant toute la beauté du site.