Le Laos, dernier bastion de la tranquillité

A notre arrivé au Laos, la transition avec la Thaïlande fut saisissante ! La propreté et les routes parfaites laissent place aux voies défoncés et à une propreté négligeable….

Bienvenue dans le Far-west Laotien !

Mais arrivé à Vientiane, capitale du Laos, nous apprécions très rapidement cette jolie petite capitale où nous ressentons une forte présence française. Et oui, pour ceux qui l’on peut-être oubliés ou ne le savent pas, le Laos faisait partie de l’ex-Indochine, ancienne colonie française jusqu’à sa dissolution en 1954.

Nous qui rêvons depuis plusieurs mois au fromage et au vin, à la bonne bouffe française, nous sommes extrêmement ravis de découvrir des baguettes de pain, des sandwich et du bon vin à un prix raisonnable. Nous avons l’impression d’être atterris au paradis à la française !!

En effet il y a beaucoup d’expatrié qui se sont installés à la capitale et au fur-à-mesure du temps le terroir français s’est imposé à notre plus grand plaisir !

Mais la capitale ne reflète pas le véritablement visage du Laos. Nous sommes alors partis dans ses montagnes reculées à la découverte de ses racines et nous y avons vu un peuple d’une grande gentillesse, sincère et très accueillant, surtout les enfants qui vous salut avec un tel sourire et une joie de vivre rarement comparable qui ferait fondre même les cœurs les plus dur.

Vu que nous étions en moto, nous avons pu profiter de ces magnifique montagnes entrecoupés de villages perdus sur des crêtes ou en fond de vallée. Malheureusement, cette fois-ci le temps n’était pas avec nous. Nous avons connu une première semaine ensoleillé, en revanche les 3 autres sont passés du côté obscur, entre nuage menaçant et pluie, en passant par le brouillard épais et le froid.

Malgré tout nous avons très apprécié le Laos, la gentillesse naturelle des laotiens, la tranquillité, ses bivouacs de rêve en on fait un des pays les plus apprécié de notre voyage. Il est en effet très simple de voyager au Laos.

Mais heureusement, après le Vietnam, nous revenons au Laos quelques semaines par le sud direction, Vientiane, pour récupérer nos vélos et rencontrer des écoles dont l’association « Enfants d’Asie », que nous avons rencontré auparavant.

DSC_8900

Un vent de renouveau « la moto »

Au bout d’un an de voyage à vélo à travers l’Europe et l’Asie, après avoir connu le froid hivernal, les fortes chaleurs, la mousson ainsi que les hauts sommets himalayens, le désert du Rajasthan, les innombrables villes grouillants d’activités et les montagnes infernales de l’Asie du sud-est et ainsi arrivant quasiment à notre but, un vent de changement nous semblait important pour continuer notre aventure avec toujours la même envie de découverte et d’ouverture d’esprit sur le monde qui nous entoure.

Arrivé à Vientiane, capitale du Laos, nous décidons, après mûre réflexion, de laisser nos vélos pour environ 2 à 3 mois afin de découvrir le Laos et le Vietnam à MOTO !

Le choix que nous avons fait n’a pas été de la fainéantise ou un dégoût du vélo mais plutôt un choix réaliste. Je m’explique…

Auparavant nous avions traversé le nord de la Thaïlande et cet étape a été sûrement la plus difficile que nous avions traversé. Les routes dans cette partie du monde sont extrêmement exténuante de part leurs degrés d’inclinaison et l’enchaînement, sans cesse, des montés et descentes sur plusieurs dizaines voir centaines de kilomètres. Ainsi sachant que nous allions retrouver ce même profile de route au Laos, nous avons conclu de le faire à moto pour profiter pleinement de ses pays !

DSC_8549

Une nouvelle aventure, dans cette grande aventure, c’est alors ouverte à nous !

Et on peut dire que ça n’a pas été facile… Nous savions qu’en arrivant à Vientiane il fallait qu’on soit efficace pour perdre le moins de temps possible à trouver des motos. Le défi était de trouver 2 motos d’occasion de type « Honda win 110 cc » avec des plaques vietnamiennes pour pouvoir passer au Vietnam, par la suite.

Dès le premier jour nous faisons nos recherches… sur internet, sur des forums, et aussi en ville, dans des guest house où parfois des voyageurs vendent leurs motos à la fin de leurs trip. Rapidement nous trouvons plusieurs personnes qui veulent vendre ou veulent peut-être vendre. A ce moment là, notre enthousiaste est au plus haut mais nous continuons à démarcher au cas ou il n’y aurais pas de suite, et nous avons très bien fait car ça ne s’est pas passé comme prévu, au bout des 3 premiers jours, nous avions au final aucune moto. La tension commençait à monter crescendo mais heureusement, Enzo, un français que nous avions rencontré quelques jours avant, avait trouvé 2 motos, une pour lui et l’autre pour nous. Super !! nous en avions une en poche, il en restait plus qu’une à trouver ! Mais se fût encore 2 jours de plus et des faux plans avant de trouver la perle rare, ce qui en a découlé un sentiment de soulagement et une belle victoire pour notre nouveau projet !

DSC_8897

Nous sommes, au final partis de la capitale laotienne, au bout de 5 jours, à trois avec Enzo, et avec «  une banane énorme » pour découvrir ce pays à motos…

Les sensations sont pas du tous les même qu’à vélo… Nous roulons plus vite, passons les montés avec une facilité déconcertante, parcourons plusieurs centaines de kilomètres par jour. Enfin bref le bonheur sur de telles routes montagneuses ! Grâce à la moto nous avons pu trouver des bivouacs magnifique, superbe vu et tranquillité. En revanche le regret que nous pouvons avoir avec la moto est que nous allons plus vite et donc cela crée une distance avec les locaux. Le vélo reste un formidable moyen pour rencontrer .

Ça nous a aussi appris à repartir à zéro, nouveaux problèmes mécaniques, nous avons passé presque tout les jours au garage pour réparer ceci ou cela. Et ouai ! Voyager avec de vielle moto c’est génial, on va vite, pas d’effort, mais il faut aimer passer son temps dans les garages !

DSC_9040