Un accueil sans précédent !

Nous sommes presque à la fin de ce grand pays qu’est la Turquie, il est temps pour nous de vous parler un peu de ces rencontres qui ont changé notre voyage et qui nous ont permis d’apprendre tant de choses sur leur culture, leurs religions, leurs paysages ou encore leur situation politique actuelle.
Tant de choses nous on été dites sur ce pays, certaines se sont avérées vraies, d’autres fausses. Des 9 pays que nous avons traversé, la Turquie  est de loin le plus accueillante et chaleureux. Les turcs sont toujours prêts à vous aider dans une situation compliquée, vous offrant des repas généreux et prenant du temps sur leurs vies pour aider, discuter, sourire, s’intéresser à votre histoire .

Notre visa iranien en poche, nous serons à la frontière dans 7 jours, entrant dans un nouveau pays que nous avons hâte de découvrir et de rencontrer ses habitants.

Des paysages fabuleux

Pamukkale « Château de coton »

Nous voilà au château de coton, qui était pour nous une étape obligatoire dans cette traversée de la Turquie. Après avoir payé l’entrée, ce qui nous a légèrement déplu, nous entrons dans ce site fabuleux. Nous marchons entre des tombes romaines de l’ancienne ville Hierapolis, nous emmenant progressivement vers le château de coton, qui progressivement se dresse devant nous de sa blancheur étincelante .

De l’argile est venue recouvrir progressivement la roche pour former des piscines naturelles où l’eau s’installe bien volontiers. Cette argile aux grandes vertus dermatologiques a rendu notre peau bien douce , nous avons pas hésité à nous en enduire.

La Cappadoce :

Arrivés à Nevsehir, nous voilà en Cappadoce, région mythique de la Turquie dont nous avons entendu tant de bien. Nous avons roulé jusqu’à un petit village appelé Uçhisar, qui au détour d’une ruelle étroite nous offre le plus beau panorama que nous avons vu de tout se début de voyage. La Cappadoce se montre enfin avec ses roches de milles couleurs, ses villages troglodytes et ses reliefs d’une complexité renversante.

Nous sommes restés un moment à contempler ce paysage sans un mot, nous laissant profiter de chaque secondes. D’une incroyable beauté, nous nous laissons le temps de rêvasser en ces lieux : en bivouaquant sur les hauteurs d’un canyon, ou encore en passant une nuit dans un pénis rocheux que nous offre la vallée de l’amour. Cette opportunité nous à été offerte bien chaleureusement par un turc vivant dans cette vallée.

Ce voyage nous surprend de jour en jour, par sa difficulté mais surtout par ses rencontres incroyables !

Un nouveau départ

Merhaba à tous,

Depuis plus d’une semaine nous roulons en terre Turque. Nous avons été accueillis très chaleureusement par les Turcs, de très belles rencontres et des paysages époustouflants ont croisés notre route.

Malgré notre avancée dans l’aventure et notre enthousiasme à continuer dans notre projet, de nombreux problèmes sont apparus ces dernières semaines et notamment un problème très épineux sur nos sac étanches situés dans nos remorques. La fermeture éclaire de l’un des deux sac a cassé et l’autre est sur le point de lâcher. En plus de ce soucis très ennuyeux nous avons eu beaucoup de crevaisons sur les chambres à air de nos remorques et les pattes tenant les roues se sont tordues plusieurs fois. Nous ne pouvons également pas vous cachez que leur encombrement nous a fait de nombreuses fois défaut dans les villes et les transports en communs.

DSC_3557

Une épée de Damoclès trônant au dessus de nos têtes, nous ne pouvions pas fermer les yeux sur tous ces problèmes qui pourraient, à tout moment, couper court à notre projet. Après une longue réflexion plusieurs choix s’offraient à nous, le premier fût de réparer les fermetures : mais la difficulté de trouver quelqu’un sachant le faire et de trouver une telle fermeture nous paraissait semblable à chercher une aiguille dans une botte de foin. Le deuxième fût de nous renvoyer deux nouveaux sacs étanches depuis la France : hors de prix. La troisième solution fût de trouver sur place deux sacs étanches, plus petits, envoyer les deux grands sacs en France et de ce fait, vendre les remorques. La décision fût longue et très compliquée.

Nous sommes donc partis, à Denizli, pour régler nos problèmes au plus vite afin de continuer sereinement. La recherche fût compliquée dans une ville d’un million d’habitants, mais par chance Ibrahim est venu à notre secours par un simple hasard. Grâce à cet homme, nous avons pu faire fabriquer deux sacs étanches, à moindre coût. Nous avons par la suite renvoyer les deux sac cassés. Venait la question des remorques… nos recherches pour les vendre tomba à l’eau. Alors nous avons décidé de les offrir à notre hôte qui nous a tant aidé, accueilli dans sa maison en compagnie de sa famille pendant 3 jours, de plus en sachant qu’il organise un festival de vélo à Denezli nous étions sûrs qu’il saura très bien en faire usage.

Nous espérons que nous ne décevrons personne par ce choix qui fût pour nous si difficile à prendre. Les choix étaient tous contraignants mais nous sommes persuadés d’avoir fait le meilleur pour la continuation de notre projet. N’ayez pas d’inquiétude, notre projet avec les écoles d’Asie ne change pas, seule l’organisation change mais le chemin et le but reste le même.

Ce voyage est semé d’embûches que nous nous efforçons de surpasser pour aller au bout de notre rêve, merci à tous pour votre soutien !

DSC_3600